Didier Malherbe

Didier Malherbe

*

MUSIQUE > HADOUKLY YOURS 

-
     

HADOUK QUARTET

Hadoukly Yours

1. CHAPPAK
2. AYUR
3. BORA bollo
4. Bora BOLLO
5. SHADOW MAKER
6. BAWU CALL
7. CHALOUPÉ DE CHAMEAU
8. ROUGE BAMBOU
9. DANSE DES LUTINS
10. BITTERSWEET LULLABY
11. SUITE CABALINE 1
12. SUITE CABALINE 2
13. BLUEBERRY HILL

CD
CD NAIVE - 2013

. MP3:
CHAPPAK (extr.) - 1'49''
DANSE DES LUTINS (extr.) - 1'56'
AYUR (extr.) - 1'40''

-

Hadouk

Didier Malherbe : Doudouk, flûtes, houlousi, sax soprano
Loy Ehrlich : Hajouj, gumbass, ribab, tanbur
Eric Löhrer : Guitares, Lapsteel, Banjo
Jean-Luc Di Fraya : Batterie, percussions, voix

 Hadouk Quartet

Après dix-sept années d'existence et sept albums,  HADOUK se diversifie !  Éléments fondateurs du son "Hadouk" le HAjouj de loy et le douDOUK de Didier restent au coeur du projet ; avec l'apport d'un musicien supplémentaire,  le son d'ensemble se veut paradoxalement plus épuré, plus acoustique.

Loy Ehrlich délaisse les claviers et l'électronique pour se consacrer au gumbass (instrument hybride entre le gumbri marocain et la basse).   Eric Löhrer (guitare acoustique, lapsteel, cavaquinho, banjo) avec son jeu précis et délicat, propose un nouvel univers harmonique.

Didier Malherbe continue d'explorer la voie du doudouk avec des modèles de différentes tessitures, et nous fait découvrir des flûtes improbables : pa-ou chinois, bansouri indien, pipeau moldave… Jean Luc Di Fraya, batteur de formation, joue sur un set de percussions très original ; il possède également une voix magnifique qui ne manquera pas de surprendre...    

HADOUK vous invite en concert pour un voyage dans l’univers du jazz planétaire et du folk imaginaire sur le dos d’un chameau ailé à la démarche chaloupée. Chemin faisant vous Hadoukly Yours croiserez des lutins qui dansent, un papillon aigre-doux, un faiseur d’ombre ou  une lune berbère… 


    
   

HADOUK QUARTET


HADOUK - 2014 - Photo : Niquetta  
 

-

TELERAMA

Hadouk est du pur plaisir, fait d'émotion autant que d'admiration. C'est un des groupes français qui a la plus forte identité, superposant une inspiration world à une conception jazz de l'improvisation et du swing. Il est composé de Jean-Luc Di Fraya aux percussions, d'Eric Löhrer à la guitare, de Loy Ehrlich au hajouj et de Didier Malherbe au saxophone, aux flûtes, aux doudouks. Ce dernier publie un merveilleux petit livre de sonnets, L'Anche des métamorphoses.

Michel Contat - TELERAMA-SORTIR - n°3331

JAZZ NEWS

Les Hadouk restent assurément les plus efficients ambassadeurs d’un continent imaginaire où cohabitent folklore en perpétuel réinvention, humour dadaïste et poésie onirique. le passage au quarter ne change rien à l’affaire : Steve Shehan parti se consacrer à d’étranges tambours, le groupe est rejoint par le guitariste Éric Löhrer et Jean-Luc Di Fraya (batterie et chant) mais l’inventivité de chaque mesure perdure. Ainsi la voix utilise les instruments comme autant de tapis volants, pour instiller un délicieux climat d’apesanteur, les flûtes de Didier Malherbe vacillent en permanence entre exhortation à la danse et appel à la rêverie, et Loy Ehrlich soutient l’ensemble grâce à un gumbass de son invention, constant comme un gros coeur qui bat.

Christina Larrède - Dec. 2013 - JAZZ NEWS

NOVA EXPRESS

Le Hadouk quartet renouvelle avec bonheur la formule du Hadouk trio (17 ans d'existence et 7 albums magnifiques). Certes, nous avons perdu en route, Steve Shehan, qui renouvelle tout seul, mais avec d'autres, la même formule. Cette formule est celle d'un Jazz ouvert sur d'autres horizons non seulement géographiques mais aussi sonores. Le disque est évidemment une réussite sur tous les plans. Les musiciens sont excellents et le plaisir de jouer ensemble est palpable. Une perle de plus.

NOVA EXPRESS

LA REPUBLIQUE DU JAZZ

« Hadouk », du trio au quartet, sans prise de tête

L’électron libre du jazz, de la Musique devrait on dire, Didier Malherbe, saxophoniste, flutiste,  virtuose du doudouk arménien ( sorte de clarinette en poirier à anche double ) agitateur d’idées, lutin virevoltant, vient de transformer son « Hadouk trio » en « Hadouk quartet ». Steve Shehan étant parti vers d’autres horizons dont nous parlerons très vite, Didier Malherbe et  Loy Ehrlich se sont adjoint d’autres compagnons de route :Eric Löhrer au banjo, à la guitare et au cavaquinho (instument à cordes brésilien) et JeanLuc Di Fraya à la batterie, au chant et aux percussions.

Un ensemble un peu « épaissi » donc au niveau du volume et des timbres. Et pourtant nous sommes toujours dans l’aérien, marque de fabrique d’ « Air Hadouk », un opus précédent. Mélopées déchirantes au doudouk, rythmique complexe, d’inspiration orientale (rythmes composés) donnent à cet album l’aspect rêveur, marque de fabrique habituelle d’ un Didier Malherbe  qui, depuis son parcours dans la nébuleuse « Gong » (groupe mythique) n’a jamais vraiment atterri sur notre planète.

Jazz, créatif, drôle, est ce projet, intitulé « Hadoukly yours », sorte de signature d’une carte postale musicale venu de lointains pays musicaux imaginaires créés de toutes pièces par un Didier Malherbe en verve et ses complices, subtils et musiciens, ô combien ! Du groove, de la joie de jouer, de l’énergie pure, des séquences planantes, méditatives et fluides; c’est ce que nous offre le diabolique Didier, « Bloom Dido Bad de Grass »,  Malherbe et son équipe d’allumés. La fraîcheur musicale fait du bien, elle est présente dans ce CD, chaudement recommandé vous l’aurez compris. Le dernier morceau est une reprise hilarante de « Blueberry Hill », revisité façon « Hadouk », un grand moment !

Georges Kiosseff - Nov. 2013 - LA REPUBLIQUE DU JAZZ

Citizen Jazz

Il y a de l’augmentation de capital dans l’air du côté de l’entreprise Hadouk ! Steve Shehan a cédé ses parts pour mieux prendre le temps d’explorer les richesses de son instrument fétiche, le hang, en commençant par un album intitulé Hang With You, également publié sur le label Naïve. Le duo restant, composé de Didier Malherbe et Loy Ehrlich n’est pas livré à lui-même pour autant puisque deux nouveaux musiciens entrent dans la danse. Non pour remplacer l’ami américain, mais plutôt pour prendre part à l’élaboration d’un groupe à la coloration renouvelée qui s’inscrit toutefois dans la continuité artistique des précédents albums (sept depuis 1996). Eric Löhrer avait déjà croisé la route d’Hadouk le temps d’une composition d’Air Hadouk, prédécesseur de cet Hadoukly Yours, qui a vu le jour à l’automne dernier. Il s’était par ailleurs illustré avec Malherbe au cours d’une Nuit d’ombrelle aussi intime que vespérale. On connaît le percussionniste Jean-Luc Di Fraya, ex-membre de l’ONJ Tortillier, dont diverses expériences ont affirmé la mélodicité du jeu : un des plus beaux exemples est sa participation aux Vertigo Songs de la pianiste Perrine Mansuy, salué ici-même en 2011. Deux musiciens faussement discrets qui contribuent par leur personnalité attachante à l’évolution en douceur de la musique d’Hadouk : le guitariste, impliqué dans une bonne part des compositions, pousse le quartet vers un jazz tout en nuances, alors que Di Fraya, dont la pulsation révèle la félinité, l’entraîne vers les hauteurs de son chant. Car ce dernier est aussi chanteur, et sa voix gracile, qui peut surprendre dans un premier temps, contribue à l’instauration de climats aériens dont l’accord avec l’esprit Hadouk semble ici naturel.

On apprécie depuis près de 20 ans la tonalité onirique et rêveuse d’Hadouk ; ses balades sont les carnets de bord d’une invitation au dépaysement, jamais bien loin du désert et de ses caravanes indolentes. Cette nouvelle mouture préserve l’identité d’une formation que distingue singulière sa passion pour les mélodies ondoyantes - et habitées d’humour (Malherbe endosse volontiers sur scène le costume du maître de cérémonie qui sait mettre le public de son côté). Rappelons que cette marque de fabrique tient pour l’essentiel aux sonorités conjuguées du doudouk de Didier Malherbe et du hajouj de Loy Ehrlich. Une combinaison inédite qui a valu son nom au groupe, on l’aura deviné, mais aussi une renommée qui ne s’est jamais démentie. Et si Hadoukly Yours ne bouleverse pas la grammaire du groupe – ce que personne ne réclame, du reste – il marque une inflexion et un enrichissement de son vocabulaire. Il se présente comme une huitième pièce à conviction à verser au dossier d’un groupe compagnon, une sorte d’ami de la famille. Et c’est très bien ainsi.

Denis Desassis   CITIZEN JAZZ

Olé

Par ces temps qui courent qui font facilement un peu froid à l’âme, entre chers disparus et incertaines météos, c’est une vraie consolation que d’entendre cet Hadouk Quartet sous l’enseigne d’un chameau ailé, et rigolard, qui de plus, fera rêverles Biterrois ! Pour les initiés et les autres, cet Hadouk-là n’est pas tout à fait le trio augmenté mais un trois, moins un… plus deux ! Au côté du pilier naturel et meneur de toutes les aventures, Didier Malherbe (son doudouk arménien et magique), la basse de Loy Ehrlich demeure fidèle et complice. Avec eux apparaissent désormais Eric Löhrer guitare, banjo, et Jean-Luc Di Fraya batterie et percussions.Rien à craindre de la mutation, on est là entre planeurs de qualité supérieure. Roulez jeunesse !

On peut s’amuser et être néanmoins limite sérieux. Hadoukly Yours est un jeu entre copains, si l’on veut, mais il y a une règle et elle est bien tenue. Les mélodies que l’on doit aux quatre compères sont carrées, mais adoucies aux angles ; le registre est celui de la nostalgie assumée et ce jusqu'au second degré quand les compères s’offrent la seule reprise admise, un Blueberry Hill qui ne fera pas seulement rire. La maîtrise de Malherbe, le son qu’il sait donner aux flutes et à son doudouk semble inentamable. Eric Löhrer a bien du talent et la mémoire de quelques beaux plans de guitare jazzy ; le fidèle Ehrlich offre des assises en béton, douces comme du velours, enfin Di Fraya propose un suivi rigoureux et les impulsions utiles quand il le faut. En bref ça n’incendie peut-être pas la raison mais ça fait briller les lucioles. On aurait tort de se priver de cette livraison, enfourchez donc le chameau et volez jusqu’aux bacs du disquaire le plus proche.

Daniel Bégard - OLE MAG

Nouvelle Vague

Le duo initial, composé de Didier Malherbe au Doudouk et aux flûtes ainsi que de Loy Ehrlich au Hajouj, Gumbass et Yayli Tanbur, était devenu trio avec la venue du joueur de Hang, Steve Sehan. Pour la première fois en quartet, la formation Hadouk s’enrichit du batteur/percussionniste et chanteur Jean-Luc Di Fraya qui remplace Steve (parti pour développer son projet solo) et par le guitariste Eric Löhrer. Musicalité et virtuosité sont toujours au rendez-vous, naviguant entre sonorités jazz et world. Légèreté, rêverie, ballade et voyage en Orient et en Afrique sont de mise dans cette délicate carte postale musicale intitulée, non sans humour, « Hadoukly Yours ».

Nicolas Hillali - NOUVELLE VAGUE.COM

DJAM

La mouvance orientale du jazz connaît un succès croissant dans l’hexagone depuis quelques années. Tigran Hamasyan, Dhafer Youssef, Avishai Cohen, Ibrahim Maalouf en sont les représentants les plus médiatisés. Tous tributaires de nouveaux albums en cette rentrée des classes, ils font les gros titres, jouissent de couvertures et de longs entretiens ça et là.

Moins connu, Hadouk Trio (ici quartet) n’en est pas pour le moins en reste (ils sont consacré meilleure formation de l’année aux Victoires du jazz en 2007). Leur musique est d’ailleurs très loin de celle des musiciens cités plus haut. Quand certains s’inspirent plus ou moins de leurs origines, eux ont fait de “l’ethno jazz”, leur marque de fabrique. Plus que quiconque, le trio Hadouk est ancré dans cette branche du jazz depuis une quinzaine d’année, et son premier album, Shamanimal, en 1999, voire depuis 1996, année d’un premier album en duo, intitulé : Hadouk. « Hadouk » est un mot-valise qui mêle les instruments de Didier Malherbe et Loy Ehrlich, le hadouj (basse africaine) et le doudouk (hautbois arménien).

Leur mot d’ordre ? L’exploration par-delà frontières et classifications. Avec l’acharnement et la persévérance d’un travail mené des années durant ils ont contribué à rendre familières des traditions étrangères.

Hadoukly Yours est le neuvième album de cette collaboration, le premier en quartet. Deux nouveaux venus y figurent. Le premier, Jean-luc Di Fraya, remplace Steve Shehan aux percussions ; Eric Löhrer, lui, apporte de nouveaux instruments à la formation (guitare, Lapsteel, Banjo, Cavaquinho).

Avec Hadoukly yours, on survole les contrées Nord-Africaines sur le dos d’un chameau volant, dans une balade où se déploient des étendues infinies de paysage rêvés. Sérénité, chants oniriques et aériens, se dégagent de cet univers séduisant dans lequel on aime à se perdre. Un charme léthargique.

Florent Servia - Oct. 2013 - DJAM

-